Cette ville veille à ce que personne ne souffre de la faim, même pendant le COVID

Un serveur sert un soda à un homme dans le restaurant en plein air installé à la Praça da Estação. Environ 3 000 repas sont distribués chaque vendredi, en plus de la nourriture, des fruits et de l’eau.

Nichée sur un large plateau entouré par les montagnes Espinhaço, dans le sud-est du Brésil, se trouve la ville de Belo Horizonte, à environ 275 miles au nord de Rio de Janeiro. Cette ville de 2,5 millions d’habitants est un centre industriel et technologique, ce qui a historiquement conduit à de fortes divisions socio-économiques, notamment à des taux de pauvreté élevés. Mais alors que d’autres villes du monde, situées dans des conditions similaires, luttent pour répondre aux besoins fondamentaux de leurs habitants, Belo Horizonte a été la première à mettre en place un système de sécurité alimentaire qui a effectivement éliminé la faim dans la ville. L’ensemble du programme nécessite moins de 2 % du budget annuel de la ville.

S’appuyant sur le mouvement populaire brésilien pour l’éthique en politique, Belo Horizonte a promulgué en 1993 une loi municipale qui a établi le droit des citoyens à l’alimentation, en créant une commission composée de fonctionnaires, d’agriculteurs, de dirigeants syndicaux et d’autres personnes, chargée de “fournir un accès à la nourriture comme mesure de justice sociale”.

Des bénévoles de l’association des résidents de Favela Aglomerado da Serra organisent la livraison des repas.

Aujourd’hui, le système de sécurité alimentaire de Belo Horizonte comprend 20 programmes interconnectés qui abordent la sécurité alimentaire de manière durable. Ils mettent les producteurs d’aliments directement en contact avec les consommateurs (en éliminant la marge bénéficiaire des détaillants) ; offrent des aliments sains et frais à des coûts fixes et peu élevés dans plusieurs restaurants populaires ; fournissent des aliments directement aux écoles, aux garderies, aux cliniques et aux maisons de soins infirmiers, aux refuges et aux organisations caritatives ; créent des marchés et des stands pour permettre aux agriculteurs de vendre leurs produits directement aux résidents ; ont réglementé le prix de 25 articles spécifiques, qui doivent être vendus à un prix inférieur de 20 à 50 % à celui du marché ; ont créé des banques alimentaires pour distribuer les produits non utilisés de ces marchés ainsi que  des jardins communautaires et scolaires, en plus de dispenser une éducation nutritionnelle.

Lorsque la nouvelle pandémie de coronavirus a frappé le Brésil en février, Belo Horizonte était bien placée pour s’attaquer à au moins un problème lié à la pandémie : La ville disposait déjà d’une infrastructure importante pour distribuer des aliments frais et sains à faible coût ou gratuitement à la grande majorité de ses habitants. Alors que les cas de COVID-19 au Brésil montaient en flèche et que les besoins devenaient plus importants, les entreprises, les organisations à but non lucratif et les particuliers ont offert un soutien financier et de distribution pour étendre le réseau de sécurité alimentaire existant, notamment en augmentant le nombre de marchés en plein air et de restaurants disponibles pour distribuer de la nourriture aux personnes dans le besoin. -Sunnivie Brydum

Source (notre traduction) : https://www.yesmagazine.org/social-justice/2020/11/09/covid-brazil-food-security/

Image source: article original