Condamné à servir la bonne vie en Norvège

Sur Bastoy, une île située à 46 miles au sud d’Oslo, 125 habitants vivent dans des chalets en bois aux couleurs vives, répartis sur un mile carré de forêt et de collines en pente douce. Ils font de l’équitation et organisent des barbecues, et ont accès à un cinéma, à un lit de bronzage et, en hiver, à deux tremplins de ski. Malgré tous ses privilèges, l’île de Bastoy n’est pas une station exclusive : c’est une prison. Le gouverneur de Bastoy … la décrit comme la première prison humaine-écologique au monde, un endroit où les détenus apprennent à assumer la responsabilité de leurs actes en prenant soin de l’environnement. Les détenus cultivent leurs propres légumes biologiques, transforment leurs déchets en compost et s’occupent de poules, de vaches, de chevaux et de moutons. La prison met généralement l’accent sur la confiance et l’autorégulation : Bastoy n’a pas de clôtures, les fenêtres n’ont pas de barreaux, et seuls cinq gardiens restent sur l’île après 15 heures. À une époque où les pays, de la Grande-Bretagne aux États-Unis, font face à l’explosion de la population carcérale en construisant des prisons de plus en plus grandes – et, beaucoup diraient, de plus en plus dures -, Bastoy semble être un départ peu orthodoxe, voire bizarre. Mais les Norvégiens voient dans cette île l’incarnation de la philosophie pénale de leur pays, qui existe depuis longtemps : les prisons traditionnelles et répressives ne fonctionnent pas, et le fait de traiter les prisonniers avec humanité augmente leurs chances de réintégration dans la société. Le système norvégien produit des résultats extrêmement positifs. Dans les deux ans qui suivent leur libération, 20 % des prisonniers norvégiens retournent en prison. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, ce chiffre oscille entre 50 et 60 %. Bien sûr, la Norvège ne compte que 3 300 détenus, soit un taux de 70 pour 100 000 personnes, contre 2,3 millions aux États-Unis, ou 753 pour 100 000 – le taux le plus élevé au monde.

Source (notre traduction) : 12 juillet 2010, Time Magazine, http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,2000920,00.html

Voir aussi https://gentleartofblessing.org/fr/en-norvege-les-prisons-ne-vengent-pas-elles-rehabilitent/