~ Bunny McBride

Il y a une force de vie dans votre âme ;
recherche cette vie.
Il y a une pierre précieuse dans la montagne de ton corps ;
explore cette mine.
~ Rumi

Il y a quelques années, l’obscurité s’est abattue sur moi comme une éclipse lunaire. Cela a commencé pendant les mois d’hiver par une vague morosité dont je pensais qu’elle disparaîtrait d’elle-même. Mais lorsque le printemps est arrivé, la situation s’est aggravée. Alors que les jours rallongeaient et que la vie autour de moi tendait vers le renouveau, je me sentais comme une plante se ratatinant dans l’ombre. La nuit, je dormais mal ou pas du tout. À l’aube, j’étais comme un « sloth », une paresseuse dans une journée lente. J’avais du mal à sortir du lit.

J’étais loin de chez moi, invitée à enseigner dans un petit collège du Midwest. Trois semaines après le début du semestre, alors que je me sentais au plus bas, mon ami suisse Pierre, un sociologue qui avait passé deux décennies à travailler sur les questions de développement rural en Afrique de l’Ouest, est arrivé pour donner une conférence.

Je ne me souviens pas du sujet, mais il est fort probable qu’il ait exprimé sa conviction qu’aucun projet de développement ne peut réussir si l’amour n’en est pas la principale motivation. C’est ce qu’il pensait et ce qu’il vivait, cet homme qui divisait son salaire en trois : un tiers pour vivre, un tiers pour épargner, un tiers pour donner. Pierre remarque les besoins des autres. Il se sent obligé d’aider à les satisfaire. C’est le genre d’ami qui fait appel à votre empathie envers toute vie par l’exemple et non par l’enseignement. Il laisse une empreinte profonde dans les cœurs et une empreinte légère sur la Terre – en se déplaçant à pied, à vélo ou en transports publics et en survivant grâce à une alimentation végétale préparée crue pour éviter toute consommation d’énergie inutile. Les livres et les articles qu’il écrit traitent de la vie simple, de l’écoute profonde, de la recherche de son véritable chemin spirituel et de la construction de la justice sociale.

Peu après son arrivée sur le campus, Pierre m’a téléphoné pour me demander de faire une promenade avec lui. Normalement, toute occasion de passer du temps ensemble me remplit de joie. Maintenant, malgré la promesse de découverte que chaque visite avec lui contenait, j’avais à peine la volonté de dire oui.

Quittant le campus à pied, nous sommes montés à travers champs jusqu’au bord des imposantes falaises calcaires qui surplombent le majestueux fleuve Mississippi. Pierre n’a pas de longues jambes, mais il a gravi le versant incliné des falaises comme s’il en était un, à grandes enjambées, sa tête barbue penchée sur la colline comme si nous escaladions les Alpes de son pays natal. Lorsque nous avons atteint le sommet de la crête, nous avons pu voir le drame tentaculaire de la rivière et sa mosaïque de champs agricoles en toile de fond. Alors que nous marchions le long de la crête sinueuse, je n’ai pas parlé de ma tristesse, mais je savais que Pierre l’avait sentie, car il ralentissait progressivement son rythme rapide. Lorsque nous sommes arrivés à un point de vue particulièrement beau, il s’est arrêté, s’est tourné vers moi et m’a demandé si je connaissais la “prière du oui”. Je ne le savais pas, alors il me l’a dit. Il m’a dit qu’il s’agissait d’une pratique simple. Tout ce que vous avez à faire, c’est de parcourir votre journée en cherchant consciemment ce à quoi vous pouvez dire oui – et lorsque vous trouvez quelque chose, vous dites oui. À haute voix. Je l’ai regardé faire face à la vue et dire OUI.

Le lendemain matin, allongé dans mon lit, j’ai enfoui ma tête sous la couette, résistant au début d’une autre journée misérable. Seule avec mes pensées dans ce cocon sombre, j’ai pensé à Pierre et à sa “prière du oui”. Quelques minutes se sont écoulées. Timidement, j’ai tiré la couverture juste assez pour jeter un coup d’œil à l’extérieur. Les stores de la fenêtre étaient tirés, mais j’ai vu une fissure de lumière le long des bords inférieurs. Après une longue pause, j’ai murmuré : “Oui au soleil levant”. L’une des fenêtres était entrouverte et une brise s’y engouffra, soulevant légèrement le store et révélant un peu plus de lumière. Oui, j’ai dit au vent qui se lève. Puis j’ai remarqué le chant des oiseaux. Oui, aux chants sans raison apparente. Me levant du lit, je me suis dirigée vers la douche, j’y suis entré et j’ai soupiré, Oui, à la cascade d’eau chaude qui glissait le long de mon corps. Plus tard, en me rendant à vélo sur le campus, j’ai passé devant mon arbre préféré. Oui, à cet ami robuste qui s’élève vers le ciel. J’ai tourné dans l’allée des lilas et j’ai bu son parfum – Oui. En classe, j’ai trouvé des étudiants désireux d’apprendre, et j’ai pu dire oui à l’attrait de la connaissance et de la compréhension. Et c’est ce qui s’est passé tout au long de la journée. Il y a eu de nombreuses chutes émotionnelles, mais j’ai dit oui pour les surmonter.

En rentrant chez moi dans le calme de la nuit, j’ai dit oui à la sérénité à laquelle j’aspirais. En repassant devant les lilas, j’ai dit oui à leur odeur encore plus douce au clair de lune. En observant la lune, j’ai dit oui à cette présence calme et rayonnante. J’ai pris conscience d’un rythme dans tous ces “oui”, une sorte de battement musical qui a dynamisé le mouvement de l’esprit et du corps.

Le lendemain matin, j’ai ressenti un léger soulagement. C’était à peine perceptible, mais suffisant pour m’inciter à pratiquer à nouveau la prière du oui ce jour-là… et le suivant… Au bout d’une semaine ou deux, j’ai remarqué que le fait de trouver davantage de choses à dire oui était devenu une ligne de vie et de connexion. Il m’est alors apparu que ce à quoi je disais oui était la Vie elle-même, avec ses innombrables expressions. Étais-je l’une de ces expressions ? Étais-je insufflée par une force de vie universelle ? J’ai commencé à sentir que chaque oui était un rayon lumineux qui éclairait la beauté et le but de la vie. Avec le temps, je suis devenue si sensible à la lumière contenue dans chaque Oui que je pouvais la sentir dissiper l’obscurité qui m’avait enveloppée.

Au fur et à mesure que l’obscurité se dissipait, je me demandais ce qui l’avait causée et pourquoi elle s’était transformée d’une fine couche grise en quelque chose de si sombre et de si dense. Était-ce dû au fait que je me sentais enfermée dans un petit campus isolé ? Était-ce les innombrables conflits et chagrins du monde qui pesaient sur mon cœur ? Le trou profond d’une vieille blessure émotionnelle jamais comblée ? Serait-ce une question de régime alimentaire ou de déséquilibre chimique ? Ou encore quelque chose de totalement inattendu, comme un jardin de bénédictions ignoré qui demande à être remarqué et entretenu ?

La dernière idée de cet inventaire de réflexions m’a pris par surprise. Elle m’a semblé intrigante, libératrice et a éclipsé toutes les autres. J’y ai réfléchi pendant un certain temps. Plutôt que de chercher une cause situationnelle ou psychologique à ma lourdeur de cœur, j’ai soudain perçu ma misère comme un appel à rechercher son contraire. C’était comme si les ombres criaient : “Regardez derrière moi, que voyez-vous ? – De la lumière ! Comme si les questions étaient des réponses qui me tiraient vers la pleine mesure de mon être, m’invitant à m’accorder et à me tourner vers la plénitude et la splendeur sous-jacentes de la Vie. C’est alors qu’est venue l’idée que la prière du oui pouvait impliquer plus qu’un simple hochement de tête devant les merveilles naturelles, les personnes et les événements manifestement bons qui croisaient mon chemin. Et si je disais également oui aux fosses, aux rochers et aux obstacles qui jalonnent le chemin – à tout ce qui me fait trébucher, me ralentit et m’incite à recalculer ma route ? Et si j’avançais dans l’expectative, ouverte à l’apprentissage de tout ce qui se présente à moi ? Et si, à chaque fois que le chemin est sombre, accidenté et froid, je disais à l’Univers : “Oui, d’accord, cela fait aussi partie de l’expérience humaine et du voyage de découverte qui est la marque de notre espèce. Je dis oui à cela. Je dis oui à ce qu’il a à me dire. Je dis oui à la vie.

Et c’est ainsi que cela s’est passé. Peu à peu, la prière du Oui, dans toutes ses incarnations, a contribué à détourner mon regard de l’ombre – la croyance que j’étais un être isolé, déconnecté de cette Force de Vie Universelle. Elle m’a tournée vers la lumière de mon être essentiel en tant que partie d’un tout merveilleux. Et c’est là que j’ai trouvé la sérénité et une source de joie profonde et durable.

Je ne peux pas terminer cette histoire sans dire un Oui direct à Pierre pour avoir été si pleinement ce qu’il était ce jour-là sur les falaises et pour l’être resté toutes ces années depuis. Au cours de nos nombreuses décennies d’amitié, je l’ai vu favoriser la justice sociale et la croissance spirituelle dans son cercle mondial de compassion, que ce soit en travaillant avec des organisations non gouvernementales, en enseignant des ateliers, en plaidant pour la réforme des prisons ou en écrivant des livres riches d’histoires et de points de vue qui éveillent les cœurs et les esprits. Bien après cette promenade printanière, Pierre a écrit un livre intitulé Vivre sa spiritualité au quotidien ou trouve une phrase qui fait écho à ce que j’ai glané auprès de lui à travers la Prière du Oui : « Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître. Car bénir signifie reconnaître le bien infini qui fait partie intégrante de la trame même de l’univers. Il n’attend qu’un signe de nous pour se manifester. »

Pour plus d’information sur le livre (en anglais), cliquez
https://www.amazon.com/Earthshine-Gifts-Reflected-Bunny-McBride/dp/B0CP49XF7H/

Chaque matin, au réveil, l’une de mes toutes premières pensées est : “Quelle grande et glorieuse aventure m’attend aujourd’hui ?” Puis je me lève à côté de mon lit, les bras tendus, et je prononce 7 à 8 fois le mot le plus puissant du langage humain (Dr. David R. Hawkins, MD dixit) : OUI, suivi de : merci ! (à ce qui va se passer).

« Je me bénis dans ma capacité à dire OUI MERCI à chaque personne ou situation qui rentre dans ma vie, sachant qu’elle contient un trésor à découvrir, un don caché de l’Amour divin pour me faire grandir, car en fin de compte absolument tout vise à me permettre d’accéder à la vraie réalité derrière les apparences matérielles trompeuses. »

Pierre Pradervand