Les quatre questions qui suivent one été posées à Pierre…

Les quatre questions qui suivent one été posées à Pierre lors d’un entretien téléphonique qu’il a eu en janvier 2016 avec Pavi  Mehta, de l’organisation Awakin. L’interview et la transcription (en anglais) sont sur ce lien : http://www.awakin.org/calls/238/pierre-pradervand/

Question : J’essaie de comprendre comment arriver au point où je ressens ma bénédiction comme vraiment authentique. Je peux rester assis et répéter comme un mantra : «je veux vous bénir», et  une partie de moi est vraiment sincère dans ce désir, mais pour que cela soit tout à fait authentique, que cela sorte de votre cœur, comment cultiver cela ?

Pierre : Je pense que la persévérance est quelque chose de très important. Je dis toujours qu’il y a trois qualités essentielles sur le chemin spirituel, dans la vie spirituelle: l’intention, la sincérité et la persévérance.  Mère Thérèsa traversa un désert spirituel de près de 50 ans et elle ne renonça jamais à servir. Elle continua, simplement. Je pense que vous ressentirez au fond de vous-même quand votre bénédiction viendra du cœur. Mais surtout ne renoncez pas si vous ne le ressentez pas tout de suite. Il m’a fallu bénir pendant longtemps avant que cela vienne du coeur plutôt que de la tête mais, au début,  seul le désir profond, le désir de bénir avec sincérité, m’a soutenu. Et si vous persévérez, cette sincérité finira par venir directement du cœur et vous bénirez avec authenticité.  Ce n’est pas possible autrement. Tôt ou tard, vous y arriverez.

Question : Quand je suis fâché-e ou frustré-e à cause d’une situation personnelle, où dois-je commencer pour cultiver le désir de bénir?

Pierre : Quand vous ressentez de la colère ou toute autre émotion, observez-la simplement. Vous n’êtes pas vos émotions. Vous êtes un enfant de la lumière. Donc, essayez de l’observer comme si vous étiez un observateur extérieur et dites- vous : «Humm, c’est intéressant, je me sens très contrarié-e par cette personne.» Vous vous observez en essayant de savoir que vous n’êtes pas la partie en colère. Vous êtes la réflexion sereine du Divin. Essayez  ceci en plus de la persévérance dans le désir de bénir.      

Question : Est-ce que vous croyez à la loi de l’attraction.

Pierre : Pour moi, la loi de l’attraction est très simple : la lumière attire la lumière. Si vous aimez quelqu’un, tôt ou tard cet amour va revenir à vous. Peut-être pas à travers cette personne mais d’une autre manière. Je crois que par nos bonnes pensées nous attirons le bien, quoiqu’on ne puisse pas tenir un livre comptable avec deux colonnes : voici les pensées que j’envoie et voici les bonnes qui me reviennent.
Je crois en la puissance de l’Amour  car j’ai eu une fois dans ma vie une expérience mystique incroyablement forte. J’ai ressenti l’Amour divin comme la loi ultime, le pouvoir, la réalité, la cause et l’effet, la Présence, la substance gouvernant l’univers entier. Mon mental avait complètement disparu et j’étais dans un état de conscience ou seul l’Amour divin existait. Et pendant un certain temps la conscience divine était ma seule conscience car il n’y a qu’un seul Entendement divin. Je crois que la loi ultime de l’attraction c’est l’amour. Et plus d’amour vous envoyez dans le monde, plus il en revient vers vous.

Question : Que peut-on faire en tant que communauté ?

Pierre : Vivre une vie axée sur le service est, je pense, le but ultime du chemin spirituel et non pas avoir des expériences mystiques agréables au sommet d’une montagne. Un penseur britannique du siècle passé, Hugh Schonfield, a inventé le terme et même créé une organisation nommée la «Nation Servante» (Servant Nation). Pendant des années, nous avons vécu dans des nations séparées et divisées et maintenant nous devons créer une nouvelle nation de serviteurs du monde. Des gens qui œuvrent pour un monde qui marche pour tous. Un monde gagnant-gagnant est une certitude car l’ancien paradigme d’hier – conservateur, masculin, hiérarchique, cartésien, compétitif est «au bout du rouleau.» Nous sommes en train de constituer ce monde gagnant-gagnant, ce monde qui marche pour tous, mais cela n’arrivera qu’au moment où chacun d’entre nous se sentira membre de cette nation de serviteurs. En fait, nous sommes déjà cette nation servante. Nous devons simplement en prendre conscience. Tout est conscience. Soyez conscient que vous êtes un serviteur du monde tout simplement parce que vous désirez un monde meilleur.

Voir aussi : http://simpleartdebenir.com/la-nation-servante-en-voie-de-constitution/