Mirabai Starr, enseignante au CAC, parle de l’affirmation du judaïsme du tikkun olam – la participation de l’homme à la restauration du monde :

Il existe une histoire kabbalistique selon laquelle le Saint des saints, qui est infini, sans forme, souhaitait connaître son Soi sacre et se contracta  et se versa dans des récipients. Mais le rayonnement divin était trop fort pour ces récipients limités, et ils  éclatèrent, dispersant des éclats de lumière brisée à travers l’univers, donnant naissance à tout ce qui est.

Cela ressemble à la cosmologie moderne, qui affirme également que l’univers s’est développé à partir d’un état de densité extrêmement élevée, ce qui a donné naissance à tout le spectre des phénomènes matériels. J’ai baptisé cette version de l’origine de l’univers “le big bang juif”. Elle provient d’un enseignement que le rabbin Isaac Luria a donné au XVIe siècle pour illustrer comment la forme naît de l’absence de forme, comment la lumière est piégée dans l’obscurité et comment le Saint a besoin de nous pour participer au déploiement de la bienveillance de la création. Selon cet enseignement, les êtres humains ont été créés pour extraire et soulever les éclats de lumière de la situation difficile et dense de l’existence et pour restaurer les vaisseaux dans leur intégrité.

Dans le judaïsme mystique, cet enseignement est connu sous le nom de tikkun olam, la réparation du monde. Comment devons-nous nous y prendre ? La réponse est : par chaque acte de chesed (amour bienveillant) et de tzedakah (générosité). ). Il s’agit d’observer les directives contenues dans la Torah…. Cela signifie cultiver une pratique contemplative pour nourrir l’intimité avec le Divin, s’efforcer d’accueillir l’étranger et de prendre soin de la Terre. Cela signifie se pencher pour écouter ce dont nos sœurs et frères marginaux pourraient avoir besoin (et être prêts à renoncer à nos idées sur ce que signifie “aider”, car nos idées préconçues sur le service font parfois obstacle à un service authentique). Cela signifie qu’il faut tendre l’oreille vers la terre pour entendre les battements de cœur de la Mère, apprendre à lire ses pulsations, à diagnostiquer ses maux, à pressentir les remèdes de guérison. Cela signifie ralentir suffisamment pour laisser la douleur du monde pénétrer dans nos cœurs, permettre à nos cœurs de s’ouvrir et agir à partir de cet espace ouvert et brisé. Cela signifie s’avancer avec humilité, curiosité et amour. [1]

Notre tâche consiste à redresser le monde brisé. C’est notre tâche : réparer ce vaisseau brisé, réparer le monde brisé.  Comment y parvenir ? Vous vous posez peut-être cette question tous les jours, si vous êtes comme moi. Nous y parvenons par chaque acte de bonté, chaque acte de chesed. Et nous le faisons par chaque acte de tzedakah, qui est, faute d’une meilleure traduction, la générosité, l’hospitalité. C’est une offrande de nous-mêmes, même lorsque ce n’est ni pratique ni confortable. Ce qui est bien dans le judaïsme, et c’est vrai aussi dans l’islam, c’est que nos pensées aimantes et bienveillantes comptent aussi. Les actions comptent, bien sûr, mais nos pensées aimantes font la différence. Elles aident à réparer le monde.

1] Mirabai Starr, Wild Mercy : Living the Fierce and Tender Wisdom of the Women Mystics (Boulder, CO : Sounds True, 2019), 138-139.

[2] Adapté de Mirabai Starr, Living School Symposium (Albuquerque, NM : Center for Action and Contemplation, 2022). Transcription non publiée.

 Source (notre traduction) et pour recevoir les méditations (en anglais) : https://cac.org/daily-meditations/mending-the-world/