Se faire le cadeau de bénir partout, tout le temps

Récemment dans un stage sur la méditation donné par un ancien moine bouddhiste et tenu dans le site magique d’un chalet des Alpes suisses où je donne chaque été des stages, on m’a demandé d’expliquer comment je bénissais les gens dans les transports en commun, les lieux publics, la rue, etc.

Je suis très reconnaissant pour cette question et ce qui suit est simplement l’expérience modeste d’une personne parmi des millions qui pratiquent la bénédiction régulièrement. Je n’ai aucune autorité en la matière – simplement une assez longue expérience de cette pratique très simple et si riche qui permet de semer le bien « à tout vent » et de façon anonyme (donc sans ego !)

D’abord, il faut souligner qu’il n’existe pas une façon « juste » de bénir, si ce n’est pour insister sur le fait que la bénédiction est à 100% une énergie du cœur et qu’il importe qu’elle soit sincère et spontanée. Rien ne tue aussi sûrement une pratique spirituelle quelle qu’elle soit qu’une répétition mécanique automatique, sans élan du cœur. Ensuite, pour moi la bénédiction est quelque chose qui se réinvente sans cesse et il est souhaitable qu’elle soit portée par l’inspiration de l’Esprit, non une formule mentale ou intellectuelle.

En ce qui me concerne, je m’efforce de « sentir » la bénédiction que j’envoie. En ce moment, une de mes  bénédictions préférées est de bénir les gens dans leur proximité à Dieu, leur union avec la Source ou l’Amour inconditionnel infini qui gouverne l’univers. Je « prends » mentalement la personne que je bénis dans mon cœur et je souhaite ardemment que ma bénédiction se réalise pour elle. Une autre bénédiction, universelle, qui peut s’appliquer à absolument tout, est de bénir une personne dans sa perfection divine.

Cela fait bientôt 30 ans que j’ai commencé à bénir les gens partout et cela a développé en moi une sensibilité extraordinaire à la souffrance des êtres et une profonde compassion à leur égard. Il suffit que je voie le visage d’une personne qui souffre ou simplement un reflet de ses yeux une ou deux secondes et je sens leur souffrance, ou  ce dont elles ont besoin, et je ressens la bénédiction qui les aiderait. Alors, comme l’explique clairement le texte « Le simple art de bénir » (voir la vidéo de Jane Young sur ce site), si par exemple je vois de la dépression ou de la tristesse, je les bénis dans leur joie et leur vitalité. En d’autres mots, « j’écoute » ce que me dit le visage des gens et je peux répondre en conséquence. Quand je vois des jeunes, je les bénis souvent dans leur avenir, dans les choix qu’ils vont faire dans leur vie, leur bonheur profond. (Bénir une personne dans leur bonheur est aussi une bénédiction que vous pouvez semer partout et dans toutes les circonstances.)

Je n’ai aucune peine à bénir les plus terribles dictateurs, les politiciens manipulateurs, les plus horribles violeurs d’enfants ou assassins et tout ceux qui sont exécrés par la société, et je ressens même une immense compassion pour eux, car je sais qu’ils accumulent une immense charge contre eux-mêmes qu’ils devront un jour nettoyer.

Une chose qui depuis un peu plus d’un an a complètement renouvelé et beaucoup approfondi ma pratique de la bénédiction est la prise de conscience du sens profond de cette vieille version araméenne du 2è commandement (Jésus parlait araméen), « Aime ton prochain qui EST toi-même » et dont je parle dans mon dernier livre, Se faire le cadeau du pardon. Cela crée pour moi un lien très profond avec autrui et qui donne une force encore plus grande à l’art de bénir.

Voilà quelques modestes suggestions nées de l’expérience d’une seule personne et qui n’ont aucune autorité spéciale, mais qui marchent bien – même merveilleusement ! – pour moi. Alors, expérimentez avec la bénédiction, éventuellement en demandant la direction divine et suivez toujours votre cœur.

Chère amie, cher ami, je vous souhaite beaucoup de joie, un immense élan du cœur, et surtout la conviction profonde qu’en bénissant vous participez à l’activité la plus importante au monde : l’élévation du niveau de conscience de la planète.

Et un grand arc-en-ciel de bénédictions sur vous et les vôtres!

Pierre Pradervand

Cliquez ici pour laisser un commentaire