Un percolateur à café produit…. de la paix !

Un percolateur à café...Depuis des années la géante entreprise de café Illy a gagné la réputation d’être une entreprise qui met la priorité sur les gens et non pas sur le profit. Bien que ses cafés proviennent de différentes sources et de 25 pays tout autour du globe, c’est en Colombie que sa philosophie crée une différence réelle.

Demandez à Fernando, un ancient commandant du mouvement révolutionnaire paramilitaire FARC qui a combattu le gouvernement colombien pendant 50 ans : « Quand j’étais dans ce groupe, j’ai commencé à regarder les montagnes et les plantations de café qui y poussaient et cela m’a donné la motivation de changer ma vie. » Il a réussi à quitter FARC il y a dix ans et grâce au support de Illy il est maintenant le chef d’une coopérative composée d’ex-guérillas qui produisent annuellement plus de 50.000 kilos de café Arabica haut de gamme et sont envoyés à la rôtisserie d’Illy, à Trieste.

Les compagnies telles qu’Illy améliorent la situation économique des cultivateurs en changeant la manière dont le café est cultivé et vendu, et ceci en diffusant des méthodes agricoles standardisées pour obtenir un rendement le plus élevé possible, en payant les cultivateurs correctement, en soutenant les fermes familiales et en transmettant aux cultivateurs un savoir-faire placé sous le signe de la qualité et du respect de l’environnement. Tout ceci aide à reconstruire le tissu d’une nation déchirée par la guerre durant un demi-siècle.

Un élément important pour l’avenir des cultivateurs est d’en poser les fondations très tôt. Aujourd’hui il y a 55 écoles dans les régions rurales qui ont adopté le curriculum « Ecole et Café ». Des jeunes de 12 à 18 ans apprennent l’art de la cultivation grâce à une approche holistique. Tous les sujets – l’espagnol, les études sociales, les maths, la science –  ont pour but de leur enseigner tout ce qu’un cultivateur prospère doit savoir. C’est une éducation qui leur permettra d’échapper à une agriculture de subsistance et de forger un meilleur avenir pour eux-mêmes et leurs familles.

Pour promouvoir la cause de la paix, 120 ex-membres de FARC et d’autres groupes paramilitaires suivent un cours d’immersion de trois mois sur le café comme moyen de réintégration dans la société. Plusieurs ont à peine atteint leur majorité et, bien que les cicatrices physiques et psychologiques sont évidentes, tous expriment leur reconnaissance d’avoir l’occasion de vivre en paix

Extrait traduit d’un article dans la revue Hemisphere, Septembre 2017, par Matt Adams.

Pour plus d’informations

http://www.illy.com/wps/wcm/connect/fr/entreprise/quatre-piliers