Une expression plus profonde de la Gratitude

Notre Blog du Visiteur est de Kristi Nelson, directrice exécutive de A Network for Grateful Living, https://gratefulness.org/  (le site est an anglais)

Une expression plus profonde de la GratitudeSouvent nous exprimons notre gratitude pour quelque chose que nous avons reçu  ou quand nous avons une expérience positive. C’est beaucoup plus difficile d’être reconnaissant quand la vie nous donne moins – ou plus – que ce que nous avions demandé.

En revanche, la gratitude est une orientation générale face à la vie. Quand nous nous réveillons le matin and sommes reconnaissants pour le simple bienfait d’être en vie, nous ouvrons nos cœurs et nos sens aux cadeaux et aux possibilités d’une nouvelle journée – une journée qui ne nous était pas garantie. C’est une approche plus radicale de la gratitude car elle ne dépend pas d’une transaction – ou d’une bonne chose qui nous arrive – mais est en fait une manière de vivre.

Quand une personne pense qu’elle a perdu quelque chose et ensuite réalise que ce n’est pas le cas, un sentiment de reconnaissance surgit. Après une panne d’électricité de deux jours, voir le courant rétabli et pouvoir appuyer sur un bouton pour éclairer une chambre suscite de la gratitude. Ou encore lorsqu’un accident grave est miraculeusement évité, la seule réaction est « je suis reconnaissant d’être en vie ». Dans ces moments, nous sommes beaucoup moins portés à tenir pour acquis les cadeaux de nos vies.

Mais ce sentiment de gratitude peu disparaitre rapidement et nous revenons à nos attentes de base, nos présomptions et même notre attitude d’ayant droit. Une pratique quotidienne de la gratitude est au cœur de l’appréciation de tout ce que nous avons tendance à tenir pour acquis. La pratique fondamentale de la gratitude est de vraiment noter, d’être présent aux cadeaux de nos vies à partir du moment où nous nous réveillons le matin jusqu’au moment du coucher. Une telle routine quotidienne peut nous ouvrir aux bénédictions.

GratitudeAu réveil, même avant de sortir du lit, faites une pause et pensez à cinq choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Cela pourrait être : mes poumons fonctionnent ; la température est confortable ; mes yeux peuvent s’ouvrir et voir ; je peux me lever, mettre mes pieds sur le sol et marcher ; j’ai des personnes que j’aime ; je vis encore. Identifiez ces choses qui existent tout simplement et que nous n’avons pas à mériter. Ce faisant nous reconnaissons le don inhérent de chaque jour, comme indiqué par Pierre Pradervand : « Je bénis cette journée dans l’infinitude de la beauté qui se manifestera… » En suivant cette pratique quotidienne, nous nous remémorons que la gratitude est une approche intérieure à la vie que nous pouvons cultiver et à laquelle nous pouvons nous référer à tout instant.

Je crois qu’il y a toujours quelque chose pour laquelle nous pouvons être reconnaissant, même au milieu d’une perte, de la peur et de la douleur. A l’âge de 33 ans je fus diagnostiquée avec un cancer et je dus subir de nombreuses opérations, de la chimiothérapie et de la radiation. Je fus obligée de faire face à ma mortalité à un jeune âge. Et pourtant, même dans cette période très éprouvante de ma vie, j’avais conscience des occasions de cultiver la gratitude. A l’hôpital, séparée de ma famille et de mes amis, attachée à des tubes IV, faisant face à la douleur, il y avait des infirmières et des techniciens, des docteurs et du personnel de nettoyage qui venaient dans la chambre tous les jours. Je me souviens avoir songé : et si c’est ma vie maintenant, si c’est la seule vie que j’aurais ? Et ensuite j’ai pensé, je peux toujours aimer ces personnes.

La gratitude demande : Où pouvons-nous trouver des occasions de grandir, d’apprendre et d’aimer, même dans les moments les plus sombres ? Et quand l’obscurité s’est dissipée comment pouvons-nous vivre totalement dans le présent mais en même temps nous souvenir que nous avons eu une douleur et que maintenant nous ne l’avons plus ? En tant qu’êtres humains notre habitude est de nous rappeler et d’oublier – rappeler-oublier. Notre tâche c’est de nous rappeler plus souvent que nous n’oublions.

Il existe une pratique simple et pourtant puissante que peut changer votre façon d’envisager votre journée. Pensez à votre liste de choses à faire aujourd’hui : peut-être faire les commissions, finir un projet au travail ou contacter des gens. Quand vous y pensez, vous vous dites probablement « je dois … » Remplacez les mots « je dois » par « j’ai la chance de pouvoir … » C’est une approche très différente à nos tâches qui transforme nos obligations en opportunités.  Quand nous visionnons les choses que nous avons a faire dans la vie comme un privilège et non pas un devoir, nous faisons face a tous les moments et toutes les tâches de notre vie avec une énergie nouvelle. Cette pratique peut aussi servir de modèle pour les autres et nous aider à aborder nos circonstances avec plus de grâce et de générosité.

Pour moi, vivre dans la gratitude c’est « la prévention du regret ». Quand nous vivons totalement avec notre vulnérabilité et sommes reconnaissants pour le don de la vie, nous sommes moins enclins à dire et à faire – ou a ne pas dire et ne pas faire – ce que nous regretterions. Quand on accueille l’intensité et la vulnérabilité qu’on ressent avec gratitude, on se souvient que notre temps sur cette terre est limité et que nos expériences sont éphémères. Ceci nous aide à chérir profondément ce que nous avons et à vivre pleinement ce qui compte vraiment – soit découvrir et honorer les bénédictions dans nos vies et de nos vies.

(Notre traduction)

Pour relire un blog de Pierre sur la gratitude :
https://gentleartofblessing.org/fr/le-pouvoir-extraordinaire-de-la-gratitude/