Une nouvelle façon d’adorer

Blog de l’invité Rabin Rami Shapiro – 07 juillet 2019

Commentaire : J’aime ce qu’écrit le rabbin Shapiro – c’est déjà un grand pas en avant par rapport aux pratiques religieuses rigidifiées du passé (et pour beaucoup, encore aujourd’hui).

Cependant, après avoir passé la plus grande partie de ma vie dans des églises traditionnelles, je crois que la religion institutionnalisée, même sous ses formes les plus libérales, est historiquement en voie de disparition et sera de plus en plus remplacée par une combinaison de développement personnel et spirituel.

Un bon exemple en est le succès étonnant, voire stupéfiant, de l’enseignement du Dr Joe Dispenza, qui est à la fine pointe de cette nouvelle pensée et pratique. Son enseignement n’est pas seulement basé sur des expériences scientifiques très solides, mais il tient ses promesses : il suffit d’aller sur YouTube et de regarder les courtes vidéos (par douzaines) de guérisons, y compris de maladies en phase terminale ou dites  » incurables  » comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, le cancer terminal, les personnes aveugles recouvrant immédiatement la vue, les handicapés qui abandonnent leurs béquilles, etc.

Le point fort des religions traditionnelles est leur dimension communautaire ou sociale. La plupart des gens ont besoin d’une forme de groupe qui leur donne le soutien dont ils ont besoin. Les formes collectives que pourrait prendre cette nouvelle spiritualité sont parfois discutables, mais je crois qu’il est inévitable que de nouvelles formes continuent à apparaître – et c’est déjà en train de se produire. PP

Une nouvelle façon d’adorer

image credit: Roger Rochat

Assis parmi un groupe jeune, diversifié de ministres et de rabbins, j’écoutais attentivement le partage de leurs efforts variés et innovateurs pour ramener les gens à l’église et à la synagogue : changements dans la musique, changements dans les sièges, lectures plus contemporaines et moins traditionnelles, sermons plus courts ou l’élimination totale des sermons. Remarquant que j’étais resté silencieux pendant la discussion, un pasteur s’est tourné vers moi et m’a demandé : « Que pensez-vous est la raison pour laquelle les gens quittent l’église ? »

« J’ai quitté la vie de synagogue il y a presque 20 ans, » dis-je, « alors, vraiment, je n’ai rien de valeur à offrir. »

« Mais vous devez avoir une opinion. »

J’ai souri. « Bien sûr, j’ai une opinion. Je gagne ma vie en ayant et en partageant mes opinions. Mais soyons clairs : ce que je vais dire n’est que mon opinion. Et à mon avis, les gens quittent l’église et la synagogue parce qu’ils trouvent que fréquenter l’église et la synagogue n’a aucun sens.

« Je ne me soucie que d’une seule chose : m’éveiller dans, avec, et en tant que Dieu comme la source et la substance non duelle de toute réalité. Je n’apprécie la tradition que si elle favorise l’éveil. J’apprécie la communauté seulement si elle soutient l’éveil et les principes éthiques de justice et de compassion qui découlent naturellement de l’éveil. J’ai quitté la synagogue parce qu’elle ne le faisait pas. Je pense que je quitterais l’église pour la même raison. La synagogue, c’est être juif, l’église, c’est être chrétien ; pour moi, ce qui compte c’est d’être un humain éveillé à Dieu se manifestant comme toute vie. Bien que j’applaudisse votre passion et votre créativité, je vous suggère respectueusement que vous bricolez avec le système de livraison lorsque le problème est le produit livré. »

« Vous avez raison, » dit le pasteur. « Ça n’aide pas »

J’ai souri, haussé les épaules et attendu que la conversation change.

Quelqu’un d’autre a demandé, « Mysticisme mis à part, comment pourrions-nous aller au-delà du bricolage de notre système de livraison ? »

« Voilà ce que j’imagine. Si je le pouvais, je trouverais un pasteur local et un imam local qui partagent ma passion pour Dieu et le côté mystique de nos religions respectives. Ensemble, nous nous grouperions comme quelque chose qui s’appellerait provisoirement « ASH House ». ASH représenterait Abraham, Sarah et Agar. Nous achèterions un bâtiment qui pourrait accueillir trois lieux de culte distincts : juif, chrétien et musulman ; des bureaux pour un rabbin, un pasteur/prêtre  et un imam et pour nos dirigeants et enseignants de musique respectifs, et une école pour juifs, chrétiens et musulmans – enfants et adultes – basés sur notre passion mystique commune pour l’éveil en Dieu, avec Dieu et en tant que Dieu,  honorant nos façons  uniques de réaliser cet éveil et vivant les demandes éthiques que contient cet éveil. »

« Pourquoi trois lieux de culte ? Pourquoi pas un seul ? »

« En tant qu’aumônier des forces aériennes américaines, j’ai vu les désavantages à partager un lieu de prière, notamment la nécessité de garder l’espace aussi générique que possible afin que les objets spécifiques à chaque croyance puissent être déplacés facilement. Je préférerais voir des espaces séparés qui permettraient une expérience plus profonde du mysticisme et de la magie que chaque religion offre. Trois espaces effaceraient également les problèmes d’horaire lorsque les jours saints se chevauchent. Les trois espaces seraient, bien sûr, ouverts à tous les participants de la Maison ASH. »

« Et vous pensez vraiment que ça ramènerait les gens à la religion ? »

« Franchement dit, je ne sais pas. Mais ce projet serait vraiment cool. Cela vaudrait la peine d’essayer, quel que soit son succès ou son échec. »

Malheureusement, ce fut le dernier mot et notre rassemblement se dispersa. Cependant, j’aime cette idée. Si quelqu’un veut l’essayer, faites-le moi savoir.
Rabbin Rami Shapiro

Source : Roadside Musings on https://spiritualityhealth.com/