Voix Libres : un modèle pour éradiquer la pauvreté et la violence

Voix Libres - BoliviaVoix Libres, une ONG fondée en 1993 par Marianne Sébastien, a pour objectif principal de prévenir et d’éradiquer le travail des enfants dans les mines, les campagnes, les tas d’immondices et les rues de Bolivie. La Fondation est présente sur tout l’altiplano bolivien, depuis le lac Titicaca jusqu’à Villazón au sud du pays, dans des communautés dispersées et sans chance de développement du fait d’un exode rural massif vers les mines et les bidonvilles de Potosi, Cochabamba  et vers La Paz, Santa Cruz.  L’approche adoptée par Voix Libres est unique et a comme principe qu’il n’y a pas de développement social sans développement intérieur et sans amour.  Ceci inclut guérir les traumatismes et encourager la créativité par la musique, le chant, la danse et l’écriture.  Tous les projets sont guidés par l’amour, la confiance, la solidarité, l’estime de soi, l’autonomisation des associations locales et l’accent mis sur l’impact positif. C’est une nouvelle société solidaire qui a émergé où les esclaves deviennent entrepreneurs, pour   une démocratie participative où tout part de la force intérieure et du potentiel profond de chacun.

Voix Libres a sorti plus de 5000 enfants de 5 à 12 ans de ce que sont peut-être les pires mines de la planète, à plus de 4000m, à Potosi, en donnant aux parents une petite bourse qui représente ce que leur enfant gagnait dans la mine, en plus de payer pour l’écolage de l’enfant.  Voix Libres a réussi à diminuer la violence dans 3 départements de Bolivie avec l’aide des parents, des autorités et de la police locale et grâce également à des campagnes de sensibilisation pour les droits de l’Enfant et contre la maltraitance. « Pour les Bons Traitements » est un programme pionnier dans ce domaine qui a remplacé la lutte décrite « contre la violence » et cette approche positive permet enfin de rencontrer les auteurs de violence au lieu de les stigmatiser.

Un « Gouvernement d’Enfants » s’est constitué et se forme aux droits humanitaires, au chant, au théâtre, à l’auto-défense et à la création de projets et d’entreprises pour le bien de leurs communautés. Sur les 500 employés de la Fondation Voix Libres, la majorité sont des jeunes qui ont vécu l’enfer. 250 infrastructures ont été créées, dont 18 villages pour les enfants victimes d’abus dans les mines, dans les rues et dans les tas d’immondices.

Des milliers de personnes commencent à prendre confiance en leur capacité de vivre d’une manière plus autonome et digne. 120.000 familles ont bénéficié de micro-crédits sans intérêt pour créer des entreprises locales. Environ 3.000 recycleurs qui vivaient de détritus gèrent maintenant une entreprise de quinoa organique et une centaine de familles qui avaient émigré dans les bidons villes sont rentrées à Ulyuni et y cultivent 500 hectares de quinoa pour leur consommation propre et pour l’export.

Pour en savoir plus sur les efforts de cette organisation, visitez http://www.voixlibres.org/index.php?lang=fr

Voici une pensée bienveillante à ce sujet que nous avons téléchargée sur le site
https://gentleartofblessing.org/fr/benediction-concernant-le-travail-des-enfants/